Sénégal: le premier Comité de bassin du pays créé sur le bassin côtier de la Somone

07/02/2021

Le gouverneur de Thiès a signé le 28 janvier 2021 l'arrêté de création du premier Comité de bassin du Sénégal : le Sous-Comité de Gestion et de Planification de l'Eau (SCGPE) de la Somone. Cette première est le fruit d'une approche participative menée depuis 2019 dans le cadre d'un projet d'appui à la GIRE soutenu  par l'Agence de l'eau Seine-Normandie et mis en œuvre par l'OiEau auprès de la Direction de la Gestion et de la Planification des Ressources en Eau (DGPRE) du ministère de l'Eau et de l'Assainissement sénégalais.

Le bassin côtier de la Somone, situé sur la Petite-Côte sénégalaise à une centaine de kilomètre au sud de Dakar, a été choisi comme bassin pilote en raison de son caractère stratégique pour le pays et de ses ressources en eau convoitées. En effet, le bassin est au cœur d’une région clé pour l’économie du Sénégal, le triangle Dakar-Thiès-Mbour. La croissance démographique de la zone est soutenue et la partie littorale bénéficie d’une forte attractivité touristique.

Le territoire est par ailleurs marqué par une activité économique importante et diversifiée et dispersée avec des activités traditionnelles d’élevage, d’agriculture vivrière et maraichère, mais aussi agro-industrielles (exportation de fruits et légumes), et industrielles (cimenteries). On note aussi deux usines de production d’eau de consommation.

Les cours d’eau étant saisonniers, les ressources en eau de surface la zone sont limitées. Aussi, la quasi-totalité des ressources utilisées pour la satisfaction des besoins en eau des différents secteurs provient de forages. Ces derniers, de plus en plus profonds, entraine un abaissement du toit des nappes qui peut atteindre plusieurs mètre dans certaines zones. La surexploitation de la ressource entraine de nombreux conflits d’usages entre les acteurs du bassin et menace sa disponibilité en quantité et qualité à moyen terme.

Il devenait donc urgent de mettre en place un cadre de gouvernance pour permettre de réfléchir ensemble à des solutions adaptées.

Grâce à la création de ce Comité de bassin, le premier du Sénégal, plusieurs axes de travail peuvent désormais être imaginés :

  • Créer une culture commune de gestion de la ressource sur la base de la notion : « une ressource commune, un avenir partagé » ;
  • Poser les bases d’un constat partagé pour définir une planification et des actions reconnues par tous permettant une gestion durable et équitable de la ressource ;
  • Assurer le lien entre politiques locales et politique nationale.