Noticias "Mundo del agua"

publié le 23/06/2021
Après deux mois remarquablement secs, le printemps s’est achevé avec un mois de mai très arrosé sur la majeure partie de la France.
publié le 21/05/2021
La pluviométrie a été déficitaire de 30 à 80 % sur une grande partie de l’Hexagone, un déficit qui a même parfois dépassé 80 % sur la pointe bretonne ainsi que du sud des Pays de la Loire à la Touraine et à la Gironde. En moyenne sur le pays et le mois, le déficit a été proche de 50 %.
publié le 20/04/2021
La pluviométrie a été déficitaire de plus de 25 % sur la quasi-totalité du pays : entre 40 et 80 % sur la moitié ouest de l’Hexagone et la Corse et à plus de 80 % sur la plaine du Roussillon ainsi que de l’est de l’Hérault à l’Ardèche et à la région PACA.
publié le 25/03/2021
Les perturbations ont été fréquentes en première partie du mois, générant crues et inondations, notamment sur le quart sud-ouest ainsi qu’au nord de la Seine. 
publié le 24/02/2021
Les pluies cumulées de décembre et janvier, excédentaires en moyenne sur la France de 50 % sur les deux mois, classent ce début d’hiver 2020-2021 parmi les plus arrosés sur la période 1959-2021.
publié le 26/01/2021
En moyenne sur le pays et sur le mois, la pluviométrie a été excédentaire de plus de 50 %. Ce mois de décembre se classe parmi les 10 mois de décembre les plus pluvieux sur la période 1900-2020.
publié le 23/12/2020
Des conditions anticycloniques ont dominé sur la France une grande partie du mois avec pour conséquence un fort déficit de précipitations.
publié le 24/11/2020
La pluviométrie a été excédentaire de plus de 25 %  sur la majeure partie du pays en octobre, notamment à cause d’intempéries exceptionnelles liées au passage de la tempête « Alex ». Les sols se sont ainsi nettement humidifiés sur une large partie ouest du pays.
publié le 28/09/2020
Avec une pluviométrie géographiquement très contrastée durant le mois d’août 2020, la sécheresse des sols superficiels conserve un caractère sévère sur les trois derniers mois sur une partie de la France.
publié le 26/08/2020
Avec une pluviométrie exceptionnellement faible, déficitaire de plus de 70 % en moyenne sur la France, et des températures plus élevées que la normale en seconde partie du mois de juillet, les sols superficiels se sont nettement asséchés.