Situation hydrologique - Novembre 2018 : une pluviométrie déficitaire de plus de 10% et des précipitations très contrastées

11/23/2018 - 16:27

Les précipitations, très contrastées, ont été peu fréquentes et peu abondantes hormis sur les régions méridionales. Le déficit pluviométrique a souvent dépassé 50 % sur la moitié nord du pays, voire localement 80 % sur le Nord-Est. En revanche, les régions Occitanie, Provence – Alpes – Côte d’Azur et Corse ont été touchées par des épisodes pluvio-orageux intenses avec des pluies localement diluviennes dans l’Aude, le Var et en Corse provoquant des crues rapides et des inondations dévastatrices. Sur ces régions, l’excédent a atteint 1,5 à 4 fois la normale.

En moyenne sur la France et sur le mois, la pluviométrie a été déficitaire de plus de 10 %.

La sécheresse qui touche un grand quart nord-est de la France présente un caractère exceptionnel. La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit, encore ce mois-ci, la période des basses eaux. La situation n’a que peu évolué par rapport au mois dernier. Cette situation n’est pas très normale pour cette période d’automne pour laquelle on observe généralement une  première incidence de la recharge hivernale. La période des basses eaux se prolonge et les effets d’une recharge hivernale se font attendre. Cette situation de reprise de la recharge hivernale est un peu tardive mais elle devrait augurer une amélioration de la situation dans les mois qui viennent.

Au 14 novembre, 32 départements ont mis en œuvre des restrictions des usages de l’eau. Ils étaient 25 en 2017, 11 en 2016 et 9 en 2015 à la même date.

Le bulletin national de situation hydrologique (BSH) est constitué d’un ensemble de cartes et de leurs commentaires qui présentent l’évolution mensuelle des ressources en eau.

Chaque mois, il décrit la situation quantitative des milieux aquatiques (pluies efficaces, débits des cours d’eau, niveau des nappes d’eau souterraine, état de remplissage des barrages-réservoirs) et fournit une information synthétique sur les arrêtés préfectoraux pris pour limiter les usages de l’eau durant la période d’étiage.

Le BSH est réalisé sous l’égide d'un comité de rédaction composé des différents contributeurs du BSH (producteurs et gestionnaires de données), animé par l'Office International de l’Eau (OIEau), en lien avec la direction de l’eau et de la biodiversité du ministère de la transition écologique et solidaire, et avec le soutien financier de l'Agence française pour la biodiversité (AFB).