Situation hydrologique au 14 novembre 2019 - Une pluviométrie excédentaire et une sécheresse des sols atténuée par les précipitations

25/11/2019

Les passages pluvieux ont été très fréquents sur la moitié nord du pays ainsi que sur la majeure partie de la Nouvelle-Aquitaine et d’Auvergne-Rhône-Alpes. Des Pyrénées-Orientales aux Cévennes et sur la région PACA, plusieurs épisodes méditerranéens intenses se sont accompagnés de pluies diluviennes, notamment sur l’Hérault les 22 et 23 octobre avec des cumuls dépassant parfois 200 mm en moins de 48 heures. La pluviométrie a été excédentaire de plus de 25% sur une grande partie du pays. Sur la Corse en revanche, la pluviométrie est restée déficitaire - hormis sur le cap Corse - avec un déficit supérieur à 50% sur la Corse-du-Sud. Après une sécheresse sévère qui a persisté depuis le début de l’été, les précipitations d’octobre ont atténué la sécheresse des sols sur les trois derniers mois sur l’ensemble de l’Hexagone. Les précipitations annoncées par Météo-France pour novembre 2019 devraient permettre de pour-suivre l’inversion des tendances durant les prochaines semaines. L’amorce de la recharge devrait se généraliser et la situation devrait s’améliorer sur l’ensemble des nappes.

Concernant le débit des cours d'eau, la situation s'est également améliorée, avec 19% de stations présentent des débits de base inférieurs au décennal sec contre 35% le mois précédent. Au 1er novembre, les niveaux des retenues sont relativement stables sur l'ensemble du territoire. La dégradation observée les mois précédents semble être stoppée grâce aux précipitations tombées sur la période. Au 14 novembre, 25 départements ont mis en œuvre des mesures de restrictions des usages de l’eau. À titre de comparaison, sur la même période l’an passé, 32 départements étaient concernés par au moins un arrêté préfectoral de limitation des usages. Ce chiffre était de 25 en 2017, 11 en 2016 et 9 en 2015 à la même date

Le bulletin national de situation hydrologique (BSH) est constitué d’un ensemble de cartes et de leurs commentaires qui présentent l’évolution mensuelle des ressources en eau. Chaque mois, il décrit la situation quantitative des milieux aquatiques (pluies efficaces, débits des cours d’eau, niveau des nappes d’eau souterraine, état de remplissage des barrages-réservoirs) et fournit une information synthétique sur les arrêtés préfectoraux pris pour limiter les usages de l’eau durant la période d’étiage. Le BSH est réalisé sous l’égide d'un comité de rédaction composé des différents contributeurs du BSH (producteurs et gestionnaires de données), animé par l'Office International de l’Eau (OIEau), en lien avec la direction de l’eau et de la biodiversité du ministère de la transition écologique et solidaire, et avec le soutien financier de l'Agence française pour la biodiversité (AFB).